Biographie de K-Dilak

PARTAGER SUR:

K-Dilak

BIOGRAPHIE & INFORMATIONS

Révélé en 2016 avec la sortie du hit “Pa gad ale m”, K-Dilak apporte depuis la sortie de son premier succès, du sang neuf à la scène musicale haïtienne.

Un enfant de Miragoâne

K-Dilak est un rappeur, chanteur et auteur-compositeur-interprète haïtien de Konpa, Kizomba, reggae, reggaeton et bachata. De son véritable patronyme Joubite Dessalines, K-Dilak est né le 7 avril 1993 à Chalon, au sud de Miragoâne. Au cours de son adolescence, le Miragoannais semble peu s’intéresser à la musique. À 6 ans, il se rend à Port-au-Prince pour poursuivre ses études classiques. Ce n’est que lorsqu’il décide de quitter le sud de la Capitale pour rejoindre Miragoâne en 2009 que K-Dilak décide de se consacrer à cette forme d’expression artistique. C’est là, dans sa petite localité, qu’il se découvre une véritable passion pour la musique. D’abord attiré par le freestyle en rap (le fait de rapper sur n’importe quelle instrumentale d’abord en improvisation), K-Dilak entouré d’amis, s’oriente progressivement vers la musique en 2008 et fait alors partie de RAS un collectif de hip-hop de son quartier.

L’installation à Carrefour

En 2016, K Dilak quitte Chalon pour s’installer définitivement à Carrefour. Quelques mois après y avoir posé ses valises, il abandonne le groupe RAS pour privilégier une carrière en solo. Le chanteur, originaire de Chalon à Miragoâne, prend vite conscience qu’il est en capacité d’utiliser sa voix et son talent d’écriture pour “faire carrière”. La même année, l’homme qui possède en effet une voix assez haut perchée, se popularise avec le tube « Pa gad ale m », une chanson aux accents reggae rappelant qu’ « il n’y a pas de sot métier». Il y cherche à faire connaître et à mettre en relief des métiers « étonnants » qui se pratiquent dans le monde d’aujourd’hui et qui reflètent les besoins de la société du milieu où ils sont exercés. Avec ce morceau, K-dilak commence à faire parler de lui parmi les initiés.

Avide de nouvelles chansons (et de nouveaux succès), K-dilak poursuit son ascension musicale en enchaînant les projets dont « Papa ede m », « Yap kenbe », « Tou prè mwen ». Ensuite, il s’offre quelques collaborations prestigieuses. On le retrouve, entre autres, aux côtés de Mikaben, sur le titre reggae « Yo ale » (2017), une chanson qui traite de la fuite de cerveaux. K-Dilak y tire la sonnette d’alarme sur l’immigration de jeunes travailleurs qualifiés haïtiens qui fait peser un lourd tribut à un pays au capital humain déjà rare. K Dilak collabore également avec la chanteuse Misty Jean sur “Ban m verite ” (2020) et Buteau Jean Garmel sur le son de “Yo pa kapab ankò” (2020). Les deux artistes choisissent, à travers ce titre, de défendre les droits des enfants en situation d’errance appelés communément en jargon haïtien « Ti kokorat », qui se traduit « enfants de la rue » en français. La vidéo atteint la barre de 3 million de vues sur Youtube en moins de deux mois.

En contact avec une variété de styles musicaux

Possédant une palette musicale tout aussi diversifiée, k-dilak sans renier ses racines, fait un virage afropop qui lui réussit bien comme en témoignent les succès de ses compositions « Fo pwomès » feat. Bedjine, « M pap padone w », « Ou fè m » et « Ban m verite ». En aout 2019, l’enfant de Miragoâne redonne ainsi un second souffle à sa carrière en se choisissant Muller Desravines (Muller  509) et Jerry Mondésir, respectivement manager et assistant manager, pour le représenter et gérer sa carrière dans la musique.

L’amour et les femmes comme source d’inspirations

K-Dilak réussit à conquérir une bonne partie de la gent féminine avec des chansons racontant chacune l’histoire d’un couple dans la vie quotidienne. L’histoire d’amour entre les femmes et l’artiste débute en 2018, dès la sortie de la chanson ” M pap pran sa nan men w ” teintée de reggaeton. Depuis, le Miragoannais adore aborder toutes les facettes des relations amoureuses. Pour mieux présenter une vision si juste des relations conjugales, K-Dilak s’attache les services de Bedjine, de son vrai nom Marie Bedjine Love David, tout en lui offrant une belle tribune dans leur duo. Les deux stars forment l’alchimie parfaite dans « Pouki n te marye ». Ce morceau connait un succès encore plus conséquent dès sa sortie et est porté également par son clip, qui met en scène les deux interprètes partageant leur vie sans désir érotique. En seulement quatre semaines, la vidéo cumule un total mirobolant de 4 millions de vues sur YouTube. Avec ce titre, K-Dilak touche un public de plus en plus large et ses tubes sont chantés par tous les jeunes d’Haïti.

Grand gagnant de l’année 2020

2020 reste une année radieuse pour K-Dilak. Le chanteur est sacré « Artiste masculin de l’année » par le Groupe Média MAGHAITI pour sa contribution à l’évolution de son milieu grâce à son travail passionné. Il est désigné «Chanteur de musique urbaine» de l’année par Ticket Magazine. Il est également élu « Best Male Solo Artist » par Ayiti Biyografi et « Male Artist of the year » par Le Prestigious Haitian Music Awards (PHMA).

Miché de Payen

PARTAGER SUR: