Niska Garoute part à la conquête du marché français

PARTAGER SUR:


Kanis se lance à l’international, elle désire prendre de l’expansion en France. Véritable star à Haïti, Kanis se lance sur le marché francophone! Niska Garoute de son vrai nom a côtoyé Booba, travaillé avec Hi Stakes et est la fille d’un ex chef de la mafia haïtienne. Dans un entretien accordé au site canadien QCLTURE, Kanis se livre comme jamais sur son enfance, son nouveau défi français et sa vision du rap! 

Pour un artiste, il est tout naturel de vouloir prendre de l’expansion au-delà de ses frontières. Linguistiquemet, la France est un choix évident pour un chanteur francophone. La langue et la culture sont familières. Mais percer le marché francais peut s’avérer ardu. Il est complexe, difficile et très diversifié. Mais, ca ne fait pas peur à la rappeuse haïtienne qui est partie à la conquête du paysage français qui n’a toujours pas trouvé l’artiste féminine qui deviendra aussi populaire que Diam’s. Après l’artiste d’origine chipriote, les rappeuses les plus médiatisées en France sont : Princess Aniès, Lady Lastee, Liza Monet, Sianna, Marwa Loud, Shay, Chilla, Keny Arkana, Lala &ce. 

Et maintenant, Kanis s’installe à Paris ! Après avoir contribué à la construction de l’imaginaire et de l’histoire du Rap féminin haitien et y imposé sa féminité , Niska Garoute se sent pousser des ailes et vise désormais le marché francais. L’emcee aurait déjà eu droit à un article dithyrambique dans le Time Magazine, en novembre dernier. Sur son compte Instagram, on peut voir Kanis faire la couverture de l’édition internationale du magazine américain “Time” du mardi 5 novembre 2019.

Dans un entretien vidéo accordé au site QCLTURE, Kanis a annoncé qu’il avait un nouveau projet en francais sans parler de duos avec des stars internationales et déclaré son amour pour la France : “honnêtement je Kiffe la France. Je pense que c’est un super pays ! Le francais est une langue très difficile” . Elle a tout laissé tomber à Haiti pour pouvoir bouger en France.

Miché de Payen

PARTAGER SUR: