« Kraze lit la », Blaze one s’en prend à ceux qui affaiblissent la mobilisation

PARTAGER SUR:

Dans son nouveau morceau rap « Kraze lit la », Blaze One délivre un message puissant à travers un texte à la fois engagé et contestataire.

Le rappeur, qui avait créé la controverse il y a quelques mois avec l’infaillible « lèt konsyans », est revenu en force avec « Kraze lit la » qui a été révélé accompagné d’un clip. À travers ce texte tranchant, Blaze One règle ses comptes avec les artistes, les faux amoureux du pays, qui ont fait semblant d’apporter leur force au peuple haïtien qui lutte pour sa démocratie tout en voulant changer le système corrompu, monopolisé par le président Jovenel Moïse.

Matyas : “Izolan mande m kiyès mwen ye…”
Ti Joe Zenny : “mwen vin la a pou m sipòte Izolan…”. C’est par ces mots, prononcés par des artistes ayant participé à la marche du 13 octobre, que débute “Kraze lit la”, le nouveau clip de Blaze One. « Kraze lit la » est né de la crise haïtienne et connaît un succès grandissant depuis sa mise en ligne – au point d’agiter la toile et fait réagir les internautes. Fatigué de voir son pays se déchirer, Blaze One sort « Kraze lit » accompagné d’un clip pour pointer du doigt certains acteurs qui se retrouvent en pôle position des mouvements de protestation réclamant le départ de Jovenel Moïse du pouvoir.

Le titre a rapidement pris des allures de Canard enchaîné. Ses écrits au vitriol égratignent les artistes, les politiques dont Youri Latortue et les hommes d’affaires, Boulos et Dimitri ainsi que les affairistes qui prospèrent dans leur entourage. Blaze one est le deuxième rappeur après Fantom à accuser de « vendus », les initiateurs de la marche des artistes, en témoigne son refrain: « Atis yo Kraze lit la, yo pran kòb nan men boujwa pou yo fè mach… ».


S’il y a des artistes qui saluent son texte et son sens aigu de la critique, d’autres se sont indignés et jugent que Blaze One est allé trop loin. Son accusation provoque la gêne de Bricks du groupe Barikad Crew. Ce dernier avoue avoir participé aux marches pacifiques sans être payé pour autant.
Sur les réseaux sociaux, les internautes ont été particulièrement choqués par cette chanson, jugée malvenue sur la scène politique haitienne déjà morose. Selon eux, la prise de position de Blaze One fait l’affaire de Jovenel Moise, qui déjà, use de subterfuges pour faire capoter les mouvements de protestation.

Miché de Payen


PARTAGER SUR: