Révolte populaire | Les artistes haïtiens entrent dans la danse

PARTAGER SUR:

À l’appel de la communauté artistique, des milliers de personnes ont défilé, dimanche à Port-au-Prince, dans une ambiance festive pour réclamer la démission du président Jovenel Moise, déjà contesté par des organisations syndicales et patronales, des organismes de défense des droits humains, des associations de voudouisans, la société civile et des partis traditionnels d’opposition.

Le 13 octobre, à Port-au-Prince, a été organisée la plus grande manifestation depuis plusieurs semaines de mobilisation contre le pouvoir en place. Quelques artistes haïtiens regroupés au sein du collectif « ATIS POU AYITI » avaient appelé à un rassemblement « rationnel et non violent ». Ces visages de la musique entendaient donner du mordant à leur message sous le slogan “Lage pye w”. La manifestation a pris un tour festif avec un char sur lequel étaient jonchés des chanteurs donnant de la voix, a constaté Mélomag. L’appel à manifester pacifiquement de ce 13 octobre, visait notamment à demander au chef de l’Etat de tourner ses talons. Rassemblés à 10 h au Champs de Mars, ils ont parcouru dans le calme Lalue, l’Avenue Martin Luther King jusqu’au viaduc où ils ont attendu qu’une branche en provenance de Cité Soleil grossisse la foule avant de mettre le cap sur Pétion-Ville. Beaucoup habillés de blanc, comme le voulait la consigne énoncée par les organisateurs, ont exprimé leur colère contre la corruption, l’inflation croissante et le manque de produits de première nécessité. 

Majoritairement issus des quartiers les plus pauvres du pays, ils ont repris à l’unisson des refrains et slogans énoncés au microphone par les artistes qui se sont relayés sur le char musical. Contrairement aux manifestations de l’opposition, les forces de l’ordre n’ont pas musclé leur dispositif pour bloquer l’accès à Pétion-Ville. La marche s’est déroulée sans casse ni violence et sans être dispersée à coup de gaz lacrymogène, mais elle a essuyé des jets de pierre à Morne Lazarre, route de Bourdon. 

Si certains artistes ont vu de bon œil la marche du 13 octobre, d’autres ont désapprouvé le mouvement initié par Izolan et King Kino. C’est le cas du rappeur Fantom qui s’était insurgé contre l’appel à la manifestation et avait évoqué son incompréhension sur la démarche des musiciens. 

Miché de Payen | Ghetto Skills




PARTAGER SUR: