Eud en interview après le New Morning !

PARTAGER SUR:



Le dimanche 7 avril 2019, EUD a réalisé un de ses plus grands rêves : monter sur la scène du New Morning de Paris. La chanteuse se pince encore à l’idée d’avoir fait régner le rap haitien dans cette prestigieuse enceinte. La rappeuse a donné une prestation solide qui a su séduire un public cosmopolite. Depuis la France, elle a accepté de répondre à nos questions par téléphone.

Mélomag : Le dimanche 7 avril dernier vous vous etes produite au New Morning de Paris, comment avez-vous vécu ce concert ?

Princess EUD : J’ai vécu un moment inoubliable au New Morning de Paris. J’avais hâte d’y être en décembre 2018. Mais malheureusement la vague de froid qui sévissait en France avait provoqué le report du concert. Je me préparais pour la nouvelle date et je n’avais la tête qu’à ça même si la préparation a été tellement épuisante ! Mais c’était assez fou ! Car, j’avais des amis qui venaient exprès de toute l’Europe pour assister à ma prestation. Je voulais donner le meilleur de moi-même afin que tout le monde puisse repartir satisfait. J’étais vraiment contente d’avoir vécu cette expérience sur la mythique scène parisienne du New Morning.

Mélomag : À cet effet vous avez reçu une invitation ?

Princess EUD : J’ai mes contacts en France dont Lyly et Fred qui font un travail de sape là-bas. Un jour, ils m’ont appelée pour m’informer qu’un Africain qui s’appelle Jacques Mbiada et qui aime l’image que je renvoie à travers le monde, voulait m’offrir une date au New Morning. J’ai envie de dire que l’image renvoyée contribue fortement à mon succès commercial. Cet homme voulait que plus de gens puissent me découvrir et moi de mon côté, montrer tout ce dont je suis capable d’un point de vue purement artistique. Il m’a fait parapher un contrat puis voilà c’est comme ça que tout s’est réellement passé.

Mélomag : Que pouvez-vous nous dire à propos du public présent au New Morning ? Un public composé d’Haïtiens et de Français ?

Princess EUD : Le spectacle était vraiment fait pour tous comme j’ai pu le constater en voyant un public cosmopolite présent dans la salle. Il y avait des Haïtiens, des Africains, des Français et des Allemands. J’ai pu asseoir mon Eudomination sur un public très hétéroclite en présentant un set de chansons qui les a séduits tous.

Mélomag : Comment le public a-t-il réagi à ta prestation?

J’ai réussi un carton plein ! Les gens étaient vraiment contents de ma prestation. Sitôt après ma sortie de scène, ils sont tous venus me féliciter en coulisses, me demander aussi de leur signer des autographes sur des supports différents comme des tee-shirts et cd. Je n’en revenais pas d’une telle excitation autour de moi. Ils m’ont demandé si j’allais revenir. On m’a même proposé d’autres contrats que j’ai refusés. Car les dates coïncident avec d’autres activités pour lesquelles j’avais dit oui. C’est dommage que je ne puisse pas honorer ces contrats-là.

Mélomag : Sur les photos que vous avez publiées sur les réseaux sociaux, nous avons vu le chanteur guadeloupéen Admiral T à vos côtés sur scène. Il partageait l’affiche avec vous ou encore c’est vous qui l’avez invité pour les titres « My Queen » et « Caribean love »? Si oui pourquoi Ded Kra-z n’y était pas puisqu’il est en featuring avec vous deux sur « Caribean Love ».

Princes Eud : Admiral T ne partageait pas l’affiche avec moi. Lui aussi était de passage à Paris. Il devait donner un concert la veille et alors mon staff lui a demandé de rester pour interpréter « Caribean love » avec moi. Si cela avait été planifié, Ded Kra-z aurait fait le voyage parce que tu sais très bien Miché de Payen que « konpè kok » c’est mon allié, mon poto et je suis toujours heureuse de partager la même scène que lui.

Mélomag : Ce n’était pas votre première fois sur scène en France. Vous aviez été invitée par votre ami Admiral T en 2017 à son grand show à l’AccorHotels Arena. Quel effet ça fait d’être la première artiste de rap à avoir emmené le rap haïtien sur l’une des scènes les plus mythiques de France ?

Princess Eud : C’est une question de frissons : «Cela met les poils». J’en suis fière ! Et je dois ça à ma constance. Ce pont entre persévérance, ténacité, régularité et courage m’a ouvert des portes et m’a permis de briser des barrières sans me sourciller, sans me prendre la tête et ce, sans vantardise non plus. Tu vois bien Miché que je ne suis pas le genre d’artiste qui se vante ou qui fait le bravache c’est-à-dire qui prend des airs. On ne m’a pas fait de cadeau. Je reste toujours zen, je travaille dur en silence et laisse mon succès faire du bruit. Aujourd’hui, je ne récolte que le fruit de mes efforts. Une bonne stratégie de travail ça paie cash !

Mélomag : Un message aux jeunes filles qui vous considèrent comme leur idole ?

Princess Eud :À toutes ces jeunes filles, si elles veulent faire carrière dans le monde musical, je leur dis de mettre en avant leurs talents d’artistes. Ce n’est pas bon de penser devoir exposer son corps pour réussir dans un but mercantile. Cessez d’être des filles marchandises qui se font baiser pour briller. On ne peut pas associer la musique à une appropriation de la prostitution. Je n’ai jamais vu un artiste masculin faire ces genres de truc. Les hommes ne vendent jamais leurs corps au détriment de leurs œuvres et vous les filles cessez de vendre vos fesses. Quand les hommes vous obligent à faire ça, c’est juste une autre façon de vous dévaloriser, de vous réduire à de simples objets sexuels. Kenbe tèt nou !

Eud n’est pas encore rentrée de Paris, elle prolonge son séjour dans la capitale française où elle a pris rendez-vous pour un shooting photo et des interviews avec quelques médias français.

Miché de Payen

PARTAGER SUR: